tumblr_ojr0ofZkrP1vtrz52o1_1280

tumblr_ojr0ofZkrP1vtrz52o2_1280

Grant Lee Phillips tourne sur le pick-up tandis que j'essaie tant bien que mal de ramasser les miettes de ma cervelle. J'aligne les cigarettes, allongée sur le lit, en repensant à la place que tu ne prends plus depuis cinq ans déjà. L'absence file, c'est à peine si je réalise que tu as franchi la porte pour ne plus jamais revenir. Goût de cendre sur le bout de la langue, je tente de comprendre, heure après heure, mais mon esprit finit toujours par m'échapper quand il se heurte à la réalité. Les mots qu'on lâche, croyant qu'on ne les regrettera pas plus tard. C'est peut-être ça, le problème du privilège de l'âge. Un amoncellement d'erreurs et de fuites qu'on doit payer, un jour ou l'autre. En sursis jusqu'à ce que tout remonte à la surface, l'amour comme la haine, le beau comme le laid. La vie serait tellement plus simple si tout pouvait vraiment s'oublier mais il n'y a que les crétins sans vie pour croire à de telles inepsies.

Je pense déjà à L.A. cet été. Aux couchers de soleil et à l'horizon à perte de vue. Les maisons à l'architecture étrange rappelant David Hockney. J'ai toujours eu envie de ça. De Californie. Ecrire sur ce que j'aime le plus, ma musique, mes jolies vilaines filles. Je ne sais pas si c'est la trentaine qui approche à grands pas, mais plus le temps passe, plus l'envie de concrétiser ce que je suis se presse dans chaque recoin de ma tête. Comme une image de soi qu'on veut enfin voir prendre forme. Pas seulement par nécessité, mais juste parce qu'il est temps. Arrêter d'avoir peur d'une ombre inventée de toute pièce pour justifier l'immobilisme le plus primaire. On est ce qu'on est, au final. Je ne regrette pas, mais j'aurais aimé que les choses se passent d'une autre manière. La vie est ainsi. On maitrise beaucoup moins qu'on ne voudrait le croire. Les ajustements, ça s'apprend. Peut-être aurais-je préféré que cela se fasse moins douloureusement.